Qui sommes-nous?

Une initiative privée

L’ASBL « Les Amis de l’église Saint-Loup à Namur » est née en 2012 du constat partagé par des hommes et des femmes sensibilisés par la nécessité de redonner à l’église Saint-Loup, joyau international de l’art baroque et fermée après plus de 30 ans de restauration, une nouvelle identité culturelle et patrimoniale au cœur de la ville, de la Région et de l’Europe.

Une association indépendante

Les membres de l’association des Amis de Saint-Loup forment un large public indépendant de bénévoles et toutes personnes (historiens, enseignants, architectes, musiciens, créateurs, restaurateurs, guides etc….) soucieux de contribuer au rayonnement et à l’enrichissement d’un patrimoine national exceptionnel.

Nos objectifs

Les objectifs principaux de l’ASBL consistent à :

  • rendre l’église accessible le plus souvent possible afin que les personnes puissent découvrir ce joyau de l’art baroque de nos régions,
  • récolter des fonds afin de compléter le travail de restauration déjà réalisé, concernant principalement les peintures, les orgues et la statuaire,
  • permettre l’accueil, l’organisation et la gestion d’événements culturels.

Les « Amis de l’église Saint-Loup à Namur » participent par leur action au développement culturel, touristique et économique de la ville et de sa région.

Un exemple, en 2017

Trois rencontres exceptionnelles ont été organisées par les « Amis de l’église Saint-Loup à Namur » dans le cadre du projet de restauration de l’orgue de l’église Saint-loup et de celui de « Namur-les-Orgues » confié à l’A.S.B.L. par la Ville de Namur.

Trois interprètes, compositeurs ou spécialistes de l’histoire de la musique ont présenté trois moments particulièrement significatifs de la création musicale du XVIe au XXIe siècle en articulant ces moments avec les grandes mutations de la facture d’orgue.

– Gilles Cantagrel, l’orgue à l’âge baroque. Ecoutez l’interview de Gilles Cantagrel sur RCF.
– Marc Crommelinck, l’orgue romantique
– Benoît Mernier, l’orgue dans la musique contemporaine. Ecoutez la conférence diffusée sur RCF : 1re partie